Hommage

Hommage à Geneviève Laporte de Pierrebourg.

 entetefglp-1.png

Geneviève une grande bienfaitrice de l'association.

Tout ce qui et bon et éphémère, mais tu es partie trop vite.

 

   5y.jpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Geneviève Laporte de Pierrebourg
journaliste, écrivain, poète, cinéaste, réalisatrice…

Enfance - Septembre 1939 : Une enfance heureuse ponctuée par les spectacles du Châtelet et les lectures précoces ;
de brillantes études à Paris au lycée Fénelon promettant Normale Supérieure,
l’agrégation.


Septembre 1939 - la guerre : Son père tombe gravement malade et meurt. Elle obtient ses deux baccalauréats avec
mention.


1943/44 :Geneviève prépare Normale Supérieure et rejoint la Résistance dans le mouvement du
Front national. À la Libération, elle devient présidente du Front national Étudiant des
lycées de filles et déléguée à l’Union des Etudiants Patriotes.


1944 - Rencontre avec Picasso : Picasso participe au premier Salon d’Automne depuis 1939. Les toiles exposées sont
essentiellement la période « Dora Maar », des visiteurs, choqués, jettent ses toiles par
la fenêtre.
Dans un Paris tout juste libéré, cet acte d’intolérance provoque l’indignation. Geneviève
Laporte veut donner la parole à cet artiste dont elle ne sait encore que le nom. Elle va
réagir par un article dans La voix de Fénelon, le journal du lycée qu’elle a créé et qu’elle
dirige. Poussée par ses camarades qui ont tiré son nom au sort, la peur au ventre, elle
se rend chez Pablo Picasso, dans l’atelier de la rue des Grands Augustins. Elle n’a que
17 ans.


1945 : Mort brutale de son grand frère, suite à son engagement dans la Résistance.
Dépression – qu’à l’époque personne ne sait soigner – Geneviève doit interrompre ses
études. Elle part en Haute-Savoie inaugurer un châlet destiné aux étudiants victimes de
la Résistance.
Déléguée culturelle de l’International Student Service, elle organise le premier échange
d’étudiants après la guerre, entre la France et la Grande-Bretagne en liaison avec le
consul de France à Londres. Elle y est interviewée par Miss Churchill pour le Daily mail,
entre autres.


1946 : Chargée de mission aux États-Unis par le ministère des Affaires Étrangères, elle
quitte la France et – de la Pennsylvanie à la Californie – parcourt 40 états au long d’une
tournée de conférences dans les camps d’été universitaires sur la résistance étudiante
et Picasso.
L'American Veterans Committee (AVC) l’invite à représenter les Forces françaises de
l’intérieur (FFI) lors du premier congrès international à des Moines (Iowa). 15 000 GI’s
sont réunis dans l’auditorium pour l’entendre.


1947 : Regagnant Paris, elle entre chez Gaumont comme assistante du chef de publicité, et
visionne tous les films produits par la société ; elle rencontre Becker, Bresson, Carné.


1948 : Relations extérieures des laboratoires Roussel Uclaf – missions en Grande-Bretagne,
Pays-Bas, Scandinavie.


1950 : Sabartès, secrétaire et ami de Picasso, lui confie la traduction de textes écrits en
espagnol pour différents ouvrages publiés sur le peintre.


1951 : C’est une jeune femme que Picasso retrouve. Ensemble, ils passent des après-midi
entiers dans l’atelier rue des Grands Augustins. Une passion fulgurante se révèle qui
inspire à l’artiste de multiples portraits de Geneviève.
Elle retrouve Éluard et Aragon (rencontrés grâce à Pablo dès 1945), Miró, Tzara,
Masson, Queneau, Zervos etc. Une rencontre avec Marcel Achard l’amène à la
comédie, aidée par Arletty qu’elle continuera à fréquenter, le musicien Georges van
Parys, Jean Marais avec qui elle tournera.
Éluard
Aragon Miró Tzara Queneau Audiberti
Cocteau
En compagnie de Paul et de Dominique Éluard, les amants passent l’été à Saint Tropez : ce sera «
le bel été de Pablo ».
Picasso propose d’illustrer ses poèmes. Naissent alors Les Cavaliers d’Ombre, recueil qui paraîtra
en 1954 accompagné de sept eaux-fortes de Pablo et préfacé par Audiberti. Bientôt Cocteau
illustre le second livre de Geneviève, Sous le manteau de feu.


1953 - Séparation : Alors que Françoise Gilot le quitte enfin, Picasso demande à Geneviève de venir vivre
avec lui à Vallauris. Elle refuse de le suivre. Sur ce malentendu, les amants se séparent.


1953-1959 : Pendant les années qui suivirent, Geneviève enchaîna une multitude de projets, publia
certains de ses poèmes sous forme de recueils dont le Livre à deux têtes, titre de
Cocteau, illustrations de Cocteau et Picasso, préparation du recueil de poèmes Le Soleil
ébloui, illustrations de Picasso.
Sur des musiques d’Even de Tissot, une Cantate d’automne est créée à la salle Gaveau à
Paris et reprise pendant le festival d’Aix en Provence, suivie de diverses mélodies par le
même compositeur.


1959 : Mariage avec Olivier de Pierrebourg, un parlementaire, Compagnon de la Libération
et membre du Jockey-Club. Début d’une période de vie politico-mondaine. Elle
rencontre Antoine Pinay, François Mitterrand, Roland Dumas, Georges Pompidou et
la plupart des ministres de ces gouvernements.


1960 : Nommée par décret ministériel à la Commission de protection des sites Provence
Côte d’Azur & Corse, elle défend la création d’une zone protégée en Camargue.


1963 :Vice-présidente de la Fondation journaliste d’investigation et ecrivain.
Naissance de son fils Fabrice, aujourd'hui journaliste et écrivain et actuel
vice-président de la Fondation.


1967-72 :Geneviève Laporte crée son cabinet de relations extérieures : Direction du service de
presse de l’Union des Chambres syndicales de l’Industrie du pétrole. Puis création d’un
Cabinet de relations extérieures – conseil d’Ambroise Roux, président de la CGE –
Attachée de direction à la délégation de l’information du CNPF et travaille en tant que
journaliste.
Elle est promue avec le comité professionnel des GPL (butane-propane) pour le
lancement dans les pays de loire de la première montgolfière, celle de Duvaleix
(ex-branquignol).
Publication de Si tard le soir, le soleil brille, (Plon). L’une des rares biographies de
Picasso par un témoin direct et le livre dédié au peintre le plus traduit du français dans
le monde.


1974-1981 :Publication d’ouvrages pour enfants, La Mort en file indienne (anti-histoires de
chasse), (Plon).
Tournage pour TF1 trois téléfilms, un documentaire sur l’Afrique.
Mon cheval est un empire : poèmes multiples, illustrations de Yves Brayer.


1982-84 :Nommée conseiller auprès du Délégué général du Comité français contre la faim.
Documentaire point d’eau label de qualité du CNC.
Création à Bruxelles d’AGEP Tiers Monde – Agence européenne de promotion et de
réalisation.


Entre 1982 et 2006 :Nombreuses conférences en Europe, Afrique, Asie.


1987 :Chevalier de l’Ordre National du Mérite.


1989 :Publication de Un amour secret de Picasso, (Éditions du Rocher - épuisé).


1990 :Décorée de la Médaille de la ville de Paris.


1992 :Chevalier de la Légion d’Honneur pour « services rendus à la culture française dans le
monde ».


1997 :Publication de Justin du bout du monde, chronique d’un village d’auvergne, (Le grand
livre du mois - épuisé).


1998 :Publication de La sublime porte des songes, une autobiographie en 500 poèmes
illustrés par Picasso, Cocteau Brayer préface P. Daix, postface Yves Coppens – Prix
poésie de l’Académie Française (épuisé).


1999 :Comité d’Honneur de l’Alliance Francophone.
Parution de L’Enfant loup et autres contes (épuisé).


2003-2004 :Direction de la collection "Grand-Maman raconte" aux Éditions du Rocher.
Du petit Pablo au grand Picasso (édition coréenne) et Le grand Picasso.


27 juin 2005 :Geneviève Laporte disperse 20 dessins de Picasso, ses portraits, lors d’une vente à
Artcurial.
Evènement de portée internationale dans le monde de l’art, le public découvre ces
dessins longtemps inconnus dans l’oeuvre de Picasso et représentant « l’époque
tendre » de l’artiste : « L’amour peintre » ; « Geneviève au tricot marin », ; « Le petit
clown » ; « L’odalisque » acquis par le Musée Picasso à Paris ; « Minerve » ; « La
chevelure et le sourire » ; « L’alphabet de Geneviève » ; « La toilette » ; « Le songe » ;
« Geneviève à la cascade » ; « Geneviève attachant sa sandale »…


2006 : Création de la Fondation Geneviève Laporte de Pierrebourg.
Questionnée par les médias du monde entier le 27 juin 2005, Geneviève Laporte
révélait que le montant de la vente de « la moitié de ma vie » serait consacrée à la
défense de la nature et des animaux. (Cf. article presse)
En 2006, elle crée la Fondation Geneviève Laporte de Pierrebourg, sous l’égide de la
Fondation de France, avec la participation effective d’Yves Coppens, son
vice-président.

2007 :La Fondation décide de son premier projet, le soutien de l’ONG « Help Congo » pour la
réinsertion des chimpanzés dans leur milieu naturel.


2009 :Geneviève Laporte se rendra au Congo.